Régression de Manon dans les Pléiades


Pour donner aux lecteurs une petite idée de la vie dans les Pléiades, voici un court résumé d’une telle expérience avec Manon, une femme dans la soixantaine, invitée en état de régression à se remémorer sa dernière vie sur les Pléiades. Manon.

« Dans les Pléiades je ressens une très grande sérénité, une béatitude. Je me sens dans un état de grande légèreté. Je vois des êtres longilignes avec beaucoup de grâce dans leur démarche. Mon personnage est relié à tous les autres Pléiadiens. Tous sont souriants. C’est un immense pouvoir de joie et d’allégresse. Nous nous le communiquons. Nous sommes inter reliés. Chacun est là pour la communauté. »

« Mon cœur est ouvert à tout le monde. Il fait partie des autres et les autres font partie de moi. L’énergie de mon cœur est diluée dans l’énergie des autres cœurs. Tous ces cœurs ressentent une grande joie car ils sont tous reliés pour guider l’énergie de cet endroit. Ce sont les gardiens du lieu, ceux qui lui donnent sa puissance. Je m’y sens tellement bien, je ne m’y sens jamais seule, je me sens toujours entourée. »

« Tout est communautaire. Les décisions sont prises par l’ensemble, sans égoïsme. Tous se font un devoir que tous les êtres qui y habitent soient bien. C’est un amour partagé par la collectivité. La communication est télépathique. C’est très lumineux. Il y a des bâtiments de forme géométrique d’un blanc que je n’ai jamais vu ici sur Terre. Ce sont des bâtiments blancs lumineux. Les murs sont blancs et laissent filtrer la lumière. Je vois les gens au travail. Tout est partagé. Tout est fait dans la justesse et l’harmonie. Les gens sont tous égaux. Il n’est pas demandé à l’un plus qu’à l’autre – équité, justice – c’est une question d’harmonie dans les gestes, le cœur et l’être. »

« J’ai la sensation que mon séjour dans les Pléiades tire à sa fin, car le niveau de compassion que j’ai atteint m’attire de plus en plus à émigrer sur Terre. En effet, quand je regarde la Terre, je ressens la détresse vécue par l’humanité. Mon cœur ressent le besoin de partager avec les humains l’amour, la joie, la douceur et la paix pour les aider dans cette voie. Puis, à la pensée que je devrai quitter les Pléiades, la tristesse commence à monter en moi. Je sais que sur Terre je me retrouverai souvent seule et incomprise, et que ce sera parfois très difficile. En même temps je ressens le soutien de ma partie lumineuse qui ne m’abandonnera jamais et qui me dit que tout ira bien. »

N.B. La description par Manon de son séjour dans les Pléiades est très semblable aux récits de d’autres ex-pléiadiens. »

Suis-je un être éveillé originaire des Pléiades?

Si vous vous sentez inspirés par ces textes, il est possible que vous soyez vous-même d’origine pléiadienne. Pour aller plus loin dans cette réflexion, un questionnaire peut vous être remis pour vous éclairer davantage. Il est possible que vous ressentiez une affinité avec l’énergie pléiadienne décrite dans ce texte. Si oui, il se peut qu’émerge en vous un désir de réactiver cette fréquence de compassion et d’amour qui existe déjà en vous et que vous avez dû abaisser à votre entrée sur Terre, il y a très longtemps. Si vous êtes un être éveillé originaire des Pléiades, sachez qu’il existe un « programme de régression par les GEM » qui peut vous aider à vous libérer de ces GEM pour retrouver votre taux vibratoire originel des Pléiades. C’est ce qu’exprimait Dominique plus avant lorsqu’elle disait, « plus je dissous ces GEM et plus je peux rayonner naturellement et sans effort cet amour ». Pour plus d’informations, communiquez avec moi et il me fera plaisir d’échanger avec vous.

Pierre Dubuc.
514-684-7423